Vivre avec un animal aveugle

Vivre avec un animal aveugle

Ajuster votre vie à l’aveuglement de votre animal de compagnie

 

Pour ceux qui nous ont suivis, vous avez entendu parler de Maggie qui deviendrait aveugle ce printemps. Je n’ai jamais eu d’animal de compagnie aveugle avant. En avoir un qui était sourd il y a quelques années n’était pas un problème. C’était moins stressant pour elle quand j’ai fait fonctionner l’aspirateur, en fait elle pouvait vraiment passer l’aspirateur et l’adorer. C’est mignon car elle avait un pelage flou; était capable de se débarrasser de tous ces poils lâches.

 

Mais avoir un chat aveugle est un ajustement plus important. La bonne partie est que je ne suis pas un déménageur de meubles. Ma belle-mère, quand elle était en vie, avait l’habitude de bouger constamment les meubles. Elle a eu une section un an et je pensais que c’était la fin du déménagement. Pas si, c’était incroyable toutes les configurations qu’elle pouvait mettre en place pour sortir de ce canapé. En fait, vous ne voudriez jamais entrer dans la maison à la tombée de la nuit, pensant que vous saviez où se trouvent les meubles, vous tomberiez probablement sur quelque chose. C’était toujours notre blague privée pour savoir où les meubles seraient cette semaine.

 

Choix alternatifs

 

En pensant à la saison des fêtes de cette année, je me suis rendu compte qu’un arbre de Noël au sol serait très injuste envers Maggie. Ce serait un moyen de déplacer quelques choses pour amener l’arbre et le mettre en place là où il va habituellement. Lui demander de s’adapter à cela serait difficile. Puis, en réfléchissant à cela dans mon esprit, j’ai aussi réalisé avec horreur que ce serait cruel d’avoir un arbre. Elle se promène dans la maison les yeux grands ouverts et elle marcherait sûrement dans l’arbre et se blesserait aux yeux. Ce serait déchirant de la soumettre à une telle cruauté. Donc, l’arbre restera dans la boîte cette année.

J’ai pensé à mettre un petit arbre sur le téléviseur, mais cette année nous avons été obligés de mettre la console au repos et d’avoir un écran plat. Partout ailleurs pour planter un petit arbre dans la maison hors de portée de Maggie causerait plus de désagréments que cela valait la peine.

 

 Arbre de Noël de Maggie

 

Le processus habituel est d’avoir un ventilateur au sol d’avril à novembre dans le salon. Étant en Californie, nous en avons besoin périodiquement pour cette période. Puisque j’ai décidé de ne rien changer, le ventilateur resterait à l’intérieur cet hiver. J’ai donc eu ce moment brillant ou peut-être un moment fou … pourquoi ne pas décorer le ventilateur ! Donc, cette année, nous aurons un ventilateur pour Noël!

 

Salutations de Noël

 

Chaque année depuis 1990, j’ai créé une carte pour la famille proche et les amis. Cette année ne faisait pas exception. Les cartes ont toujours été inspirées par mes enfants à 4 pattes et j’ai pensé que cette fois, je les partagerais avec vous. Je doit avouer cependant, je n’ai pas un ventilateur vert … ce serait assez hideux. Mon ventilateur est blanc, mais ce serait plutôt ennuyeux, un peu comme prendre une photo d’un ours polaire dans une tempête de neige. Donc, pour rester avec la saison, j’ai choisi une couleur de vacances.

Mon chat est devenu sauvage !

Mon chat est devenu sauvage !

Le chat est l’un des animaux les plus énigmatiques de la faune domestique qui nous entoure. Issu, comme tous les animaux, des hordes d’animaux sauvages dont nous avons eu besoin ou pas, ce félin peuplait la nature à une époque lointaine sans se soucier de nous. Attiré dans nos villes par une vie facile : l’apparition à nos côtés des rongeurs qu’il aime, de la chaleur des foyers qui l’acceptaient, il est devenu l’un de nos animaux domestiques préférés. Par contre il est sans aucun doute le seul qui ait gardé, vis-à-vis de l’homme, son caractère de félin et sa douceur d’animal de compagnie. Le chien n’a plus rien de la sauvagerie du loup (à peine s’il a conservé un instinct de conservation de son territoire !). Difficile de trouver un animal aussi ambivalent que le chat. Et de fait, le chat, est le seul animal de compagnie amant autant la proximité de l’homme qui retrouve parfois toute sa sauvagerie. Ce qui a pu l’attacher à vous disparait (pour toujours ?) : attachement, maison, nourriture, câlins, soins ne sont plus des motivations suffisantes pour rester à vos côtés.

Pourquoi le chat revient-il à l’état sauvage ?

Ce type de chat sauvage, ou revenu à l’état sauvage après la domestication est appelé chat féral. Les raisons de son éloignement et de sa peur des humains résident presque toujours dans une mauvaise expérience à proximité des hommes. Si vous n’avez jamais fait de mal à votre animal de compagnie, minou est peut-être un aventurier qui excède les voisins. Surtout s’il s’agit d’un matou en période de chaleur. Leur comportement agressif, invasif, peut excéder des personnes qui aiment leur tranquillité. Certaines n’hésitent pas à leur faire du mal. Ne pas dormir la nuit à cause des hurlements des chats en chaleur ne favorise pas la paix de l’âme. Malheureusement. Certaines personnes utilisent des chiens furieux pour terroriser les chats en goguette. Des histoires terribles de sadisme animalier sont jugées par les tribunaux français avec la plus grande sévérité. Des personnes ont enfermé des chats et des chiens dans des cages pour assister au spectacle de leur massacre. Si le chat s’en sort, il n’est plus en état d’accepter la présence de l’homme et de son chien. Quel qu’il soit.

 

Des raisons invisibles à son comportement sauvage

La douleur est visible sur la plupart des visages. Cependant la physionomie d’un chat ne traduit pas la réalité de son mal-être. S’il est atteint d’une maladie congénitale, peut-être fuit-il votre maison parce qu’il l’associe à sa souffrance. Les câlins sont parfois douloureux pour un animal sujet à l’arthrose. Il ne vous en dira rien, mais s’exprimera pas une agressivité de plus en plus difficile à maitriser. Et vous n’y êtes pour rien. Votre comportement n’a pas changé, c’est votre chat qui change. Si votre chat est arrivé à la maison après quelques semaines dans un autre foyer, il se peut qu’il ait eu du mal à se sociabiliser. Sa mère l’a peut-être mis au monde dans la nature ou un endroit hostile et il lui reste des peurs induites par ces premiers jours de vie.

 

Le stress, un monde que ne comprend pas le chat.

Votre chat sauvage aujourd’hui a peut-être fui un milieu devenu hostile sans que vous le compreniez vraiment : disputes, cris de bébé ou de personnes habitant dans la maison, arrivée d’un autre animal alpha, etc. Trouver de nouvelles marques pour un animal n’a rien d’anodin. On ne peut pas lui plaquer un comportement de compréhension du contexte comme à une personne. On ne peut pas lui faire comprendre par des mots ou des gestes qu’il ne risque rien. Un comportementaliste des animaux vous aidera à adopter des solutions pertinentes, mais il n’est pas sûr qu’elles soient efficaces. Parfois l’amour le plus grand, les attentions les plus apaisantes ne sont pas comprises par le cerveau d’un chat sauvage qui ne comprend désormais que la fuite et l’agressivité. La patience, la passivité, son observation de vous et de votre comportement peuvent faire des miracles. Le temps passé auprès de lui sans lui mettre la moindre pression est une excellente thérapeutique à sa peur. Il ne vous comprend plus, alors expliquez-lui par vos attitudes que vous êtes toujours resté le même.